Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top


3708 vues

Bilan : l'année 2013 de l'industrie musicale décortiquée par le MIDEM

Bilan : l’année 2013 de l’industrie musicale décortiquée par le MIDEM

Retour sur un évènement devenu incontournable dans le secteur de la musique, dont nous vous avons précédemment parlé : le MIDEM Festival.
C’est du 1er au 4 février 2014 que s’est déroulée cette réunion musicale, réunissant artistes, professionnels de la musique et politiciens, et ayant accueilli cette année plus de 4000 nouveaux venus.
Aujourd’hui, c’est un condensé de cette réunion des acteurs du secteur musical que nous vous proposons, au travers de comptes rendus fournis par l’IRMA (Centre d’Information et de Ressources pour les Musiques Actuelles).

Le grand show de la SACEM

Cette nouvelle édition du MIDEM Festival a notamment été l’occasion pour la SACEM d’intervenir sur sa place au sein de l’industrie musicale, révélant ainsi ses 810 millions d’euros de droits perçus en 2013, signifiant une hausse d’1,7%, notamment grâce aux prestations live (concerts, spectacles vivants en hausse de 16,6%), aux musiques de sonorisation (dont le capital s’élève à 281,7 millions d’euros) et aux écoutes en continu sur Internet. Le streaming est la grande surprise des résultats de la SACEM, générant ainsi en 2013 plus de 50% des revenus du numérique.

Outre les chiffres, l’écosystème musical réuni au Palais des Festivals de Cannes a pu découvrir un nouveau projet : celui de la déclaration en ligne des œuvres, grâce à une simple signature électronique. Ce projet a pour ambition de faciliter les démarches déclaratives des sociétaires, et est entièrement sécurisé : toute oeuvre déclarée en ligne se retrouve archivée dans un bunker numérique mis en place par la Caisse des dépôts et des consignations (un partenaire de confiance de la SACEM, ndlr).

Les Français et la musique : une histoire d’amour de 2h25 chaque jour.

Cette édition du MIDEM a également été l’occasion pour la SACEM de dévoiler les résultats d’une de ses études menées en partenariat avec la Spré et Mood Media en 2013 sur la valeur qu’accordent les Français à la musique.
Sans aucune surprise, cette étude montre que 99% des Français écoutent de la musique, et les 3/4 d’entre eux en sont dépendants. Un temps moyen d’écoute par jour a été calculé, s’élevant à 2h25 par personne, majoritairement en voiture (la radio s’octroyant 65% des auditeurs).

Bilan : lannée 2013 de lindustrie musicale décortiquée par le MIDEM

 

En ce qui concerne le numérique, c’est le streaming qui est le grand gagnant, s’octroyant les faveurs des Français à 70%. Et pour ce qui est des prestations live, les festivals de musiques peuvent s’honorer d’attirer 6 Français sur 10.

La France s’affirme donc comme une communauté musicale à part entière.

Le MIDEM donne voix à l’innovation au travers du MIDEM Lab

Vous connaissez sans doute déjà le concours des InRocks Lab, ayant pour fonction de dénicher les talents de demain. Voici désormais le MIDEM Lab, qui a fêté ses 6 ans cette année, et qui a pour but de mettre en lumière des startups en lien avec la musique.

Le déroulement de ce « Lab » est simple, bien que risqué : les jeunes entrepreneurs expliquent leur projet à un public composé d’experts technologiques et d’investisseurs potentiels, avant d’être interrogés par un jury intransigeant contre lequel ils devront défendre leur bout de pain.
Un véritable concours de startups qui montre bien la richesse extrême des thèmes qu’il est possible d’aborder en lien avec la musique, et de l’entrelacement de ces thèmes (agrégation de contenus streamés, interconnexion avec les services de téléchargements et de vente de produits dérivés, usages personnalisés et participatifs, enrichissement des contenus liés à la musique, transposition dans le web nomade, hébergement des contenus en nuage ou « cloud storage », networking professionnel…).

Voici donc les heureux gagnants de cette édition 2014, dont les idées ont su surprendre et trouver faveur aux yeux du jury.

Dans la catégorie « Music Discovery, recommandation and creation », c’est Nagual Sounds qui remporte le premier prix, grâce à son projet de production musicale en corrélation avec les mouvements du corps. Cette fois, pas besoin de lasers (comme la harpe laser utilisée par Jean-Michel Jarre ), seul le corps est acteur, connecté à une machine qui analyse les mouvements et en donne les notes correspondantes en temps réel. Le projet a déjà pour ambition d’être décliné sous forme de jeu vidéo (Nagual Dance en partenariat avec Microsoft-Xbox), mais également sous forme de thérapie.


Dans la catégorie « Marketing & social engagement », le permier prix revient à l’allemand Starlize, qui souhaite développer un système de création de clips vidéos où l’utilisateur se met lui-même en scène sur un morceau au choix (voilà de quoi relancer l’économie musicale des ayants-droits).


La catégorie « Direct to consumer sales & content monetization » a décerné son prix à la startup française Weezic, qui a eu l’idée de mettre en place des partitions digitales interactives (« partitions augmentées »). L’application a une fonction pédagogique extrêmement intéressante, revenant ainsi sur les erreurs du musicien en temps réel. Et cette idée semble plaire aux investisseurs, qui ont débloqué 750.000 € pour le développement de cette application !


Enfin, place au prix Coup de coeur du partenaire Vivendi, qui a tourné son regard vers la startup turque Cubic.fm, dirigée par Deezer et Spotify. L’ambition de Cubic.fm est de mettre au point des radios calquées sur les humeurs des auditeurs afin de leur faire découvrir des musiques, mais également des personnes dont les goûts musicaux sont similaires. Un vaste projet qui a pour objectif de briser l’éparpillement des services de streaming (Youtube, Pandora, Soundcloud…), chacun tourné vers une spécificité, et de rassembler toutes ces spécificités (partage, découverte, musique illimitée…) en une seule application.


Qu’on ne vienne pas nous dire maintenant que la musique est un domaine mort lorsqu’on assiste à de telles créations qui ont pour but de valoriser la musique et son usage !

 

Le MIDEM a donc amplement rempli ses objectifs cette année, en démontrant une fois encore les évolutions mais aussi les horizons possibles de l’industrie musicale.