Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top


2132 vues

Interview : Rencontre avec The Twelves au Social Club

Interview : Rencontre avec The Twelves au Social Club
Axel Amar

 Le duo brésilien The Twelves était vendredi dernier au Social Club pour un live qui s’avéra être une réelle surprise. Connus pour la qualité de leurs nombreux remixes comme celui de « Something good can work »  de Two Door Cinema Clubils étaient jusque là habitués à des DJ sets mélants productions originales et morceaux classiques de « l’électro-disco ». Mais pour leur 3e apparition au Social, ils ont produit un réel live à base de synthés, pads (et iPad!) et surtout Vocoder pour une prestation rythmée : un vrai coup de coeur ! Nous étions avec eux juste avant leur montée sur scène pour échanger quelques mots. 

« Vous étiez à Lisbonne hier, ce soir au Social Club, est-ce un endroit particulier pour vous ?

- Oh que oui ! Nous sommes déjà venus ici 2 fois, c’est un peu la « Mecque » de l’électro ici. Si on est là, cela signifie que tout va bien pour nous. En plus ce soir, on essaie notre nouveau live donc c’est important de le jouer ici, si cela marche devant le public du Social c’est que c’est bon ! En attendant, on est un peu anxieux.

Un live vraiment, vous abandonnez le côté DJ ? 

Oui, tout à fait, nous avons fait le tour de tout ce qui est « DJ ». Maintenant, nous ne jouons plus de tracks sur scène, nous jouons uniquement avec des boites à rythmes, des synthétiseurs et un micro pour les vocals. Dans la majorité, cela demeure des reprises mais il n’y a aucun morceau joué sur platines, tout est recréé sur scène. En fait, mis à part les gros synthés, on ramène le studio avec nous en tournée !

Ce nouveau format a-t-il fait évoluer la musique que vous jouez ? Comment la décririez vous ?

Oui et non en fait. Comme nous interprétons les morceaux, nous avons du faire quelques changements, mais nous continuons de jouer de tout. Un petit peu de disco, un petit peu de Chicago House, de techno. Avant on jouait plus de musique indie, aujourd’hui c’est plus varié, plus électro en fait, et c’est dû en partie à ce nouveau show.

Du coup, peut-on s’attendre à de nouvelles productions ? Plutôt de nouveaux remixes ou bien des productions originales ?

A vrai dire, le live nous a demandé beaucoup de travail mais oui on travaille sur de nouvelles choses en studio, mais c’est encore en gestation. En ce qui concerne le type des productions, nous avons conscience, et notre manager ne cesse de nous le répéter, qu’il faut que nous sortions nos propres productions pour passer au niveau supérieur. Si on veut ne plus être uniquement pris pour des DJs, il faut que nous mettions de côté pendant un moment les remixes. En plus, même si c’est un live, on continue de jouer dans les clubs pour DJs. Certaines personnes ne voient pas de différence avec un DJ-Set . Aujourd’hui il y a plus de DJs que de docteurs pas vrai ? Pour se différencier, la prochaine étape c’est vraiment la production.

Vous parliez de Disco à l’instant, comment interprétez-vous le retour de la nu-disco ?

Le style Disco est revenu depuis quelques temps maintenant. En terme de production, c’est un réel plaisir de  faire de la Disco, en soit, c’est assez facile donc cela explique pourquoi les artistes choisissent cette direction. Puis c’est vraiment une musique avec des sensations particulières qu’on retrouvait dans les années 70 que l’on retrouve moins aujourd’hui. C’est pour cela que c’est revenu.
Mais bon, aujourd’hui, il y a la dubstep (mine déconfite), c’est un mouvement qui prend beaucoup d’importance, notamment à Londres, mais nous on déteste ça !

Nous allons donc vous laissez jouer dans cet endroit mythique qu’est le Social Club, quelques mots sur la scène française avant de partir ?

Avec plaisir ! C’est une scène incroyable que tout le monde vous envie. Les artistes brésiliens ou les « DJs » ne cessent de jouer des morceaux de Daft Punk. Nous avons été nous-mêmes très influencés par la musique française en commençant, notamment par Air et Daft Punk. C’est vraiment une musique particulière et de qualité. Je pense que c’est tout votre background culturel qui permet cela et qui la rend unique. Et puis vous avez d’incroyables goûts, c’est surtout ça.

Merci à Joao et Luciano, ainsi qu’à l’équipe du Social Club pour cette rencontre. Pour vous donner une idée de leur live, écoutez leur dernière mixtape ou bien faites un tour sur leur page Facebook ou Twitter.